Délivreeeer ! libéreeer !

La période de transformation digitale actuelle impose aux entreprises de se mettre en capacité de produire et propulser rapidement leurs services.
Soit pour ne pas se faire (trop) dépasser par la concurrence, soit pour attaquer de nouveaux marchés. On parle de réduction du time-to-market.

Pour le volet IT de ces bouleversements, les entreprises qui ne sont pas nées avec le digital (pureplayers, startups) se trouvent souvent confronter à leurs cultures et organisations peu enclines à l’acceptation de l’échec, au travail collaboratif , itératif et transverse.

Qui d’entre nous n’a pas été confronté à des organisations hiérarchiques (avec donc autant de niveaux de validation) et en silo, nécessitant donc de mettre en synergie plusieurs directions avec souvent des objectifs / enjeux différents quand ils ne sont pas antagonistes.  Ou à des organisations dans lesquelles la lourdeurs des tests afin de limiter les risques imposent des délais de livraisons incompressibles incompatibles avec les enjeux business.

Alors quelles solutions ?

Au plus haut niveau de l’Entreprise, il faudra l’impulsion pour passer du modèle du « comment ? » où les salariés, pris dans les process et procédures, passent trop de temps à faire du reporting, diligenter des audits, … au modèle du « pourquoi ? ». Sans aller jusqu’au modèle de l’entreprise libérée, avec ses organisation « à plat » sans hiérarchie, remettre du sens au cœur des projets vous permettra de mieux impliquer vos collaborateurs. Ajoutez-ici un zeste de bienveillance !

Si casser votre modèle hiérarchique est trop complexe, commencez par mettre de la transversalité.

Le mode Projet se prête à cela. Le projet commun, à vos collaborateurs issus de Directions différentes doit permettre à chacun d’y trouver un intérêt personnel tout en contribuant à l’atteinte d’objectifs partagés.

delivery_organisation
Du sens, de la collaboration et de la bienveillance

Si un projet est une organisation éphémère, dissoute à l’atteinte de l’objectif, vous pouvez également opter pour des features-teams.

Des équipes pluri-disciplinaire de 9 personnes maximum partageant la même expertise, opérant en autonomie des évolutions sur des fonctions métiers, et  ce, de bout-en-bout.

Par exemple une équipe « moteur de recherche » sur votre site e-commerce composée d’un représentant métier, d’un marketeux, d’un designer, d’un data manager, d’un développeur, d’un administrateur système, du product owner garant des évolutions voire un facilitateur pour conserver le lien avec les expertises annexes à la team.

L’objectif étant d’atténuer les barrières métiers / IT voire les barrières entre services IT.
La pratique la plus emblématique de ces dernières années est le DevOps (ou la collaboration étroite et le rapprochement des compétences des développeurs et des administrateurs systèmes afin d’accélérer le déploiement en production des développements).

Au niveau technique, lancez avec vos développeurs et responsables techniques l’industrialisation de vos plateformes : gestionnaires de configuration, déploiements et rollback automatisés, environnements (dév, recettes, voire production), plans de continuité et reprise d’activité, tolérance à la panne, scalability dans le cloud…

A l’instar d’un sportif de haut niveau, du moment que la confiance dans sa technique, ses fondamentaux sera là, la performance, la prise de risque (initiative) seront au rendez-vous.

Afin, libérez les initiatives et l’innovation en démocratisant des pratiques tels que le test & learn ou le fail fast learn cheaply.

En libérant les énergies, créant des synergies vous « délivrerez » plus et mieux, tout en continuant d’innover.

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :